loader image

Catégorie : Recherche

Fondation Etrillard x CNSMDP – Antoine Laporte, lauréat de la bourse « Recherche et Pratique »

Fondation Etrillard x CNSM – Antoine Laporte, lauréat de la bourse « Recherche et Pratique »

Photo_Anoine_Laporte_credit_Pekka Niskanen

Lieu : CNSMDP
Date : 9 décembre 2021

La Fondation Etrillard s’associe au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris pour créer la bourse de recherche doctorale Musique – Recherche et Pratique portée en partenariat avec Sorbonne Université.  Cette bourse annuelle est octroyée à un ou une interprète-chercheur, ayant intégré sur concours le 3e cycle supérieur – Doctorat du Conservatoire de Paris et dont le travail nourrit la réflexion, les connaissances et les pratiques sur l’art de l’interprétation, du répertoire, de la création ou de l’organologie.

Elle est décernée cette année à Antoine Laporte, qui, parallèlement à son doctorat, poursuit une carrière de pianiste.

Récipiendaire du 3e prix de la 107e édition (2018) du célèbre Prix d’Europe à Montréal, il fut également lauréat du 2e prix au concours international de piano Bradshaw & Buono à New York (2015), quart-de-finaliste au Jinji Lake International Piano Competition à Suzhou (Chine) et demi-finaliste au 67th Wideman International Piano Competition en Louisiane (USA).

La recherche doctorale d’Antoine Laporte s’effectue sous la tutelle du pianiste Denis Pascal et sa thèse, dirigée par le musicologue et professeur à Sorbonne Université Philippe Cathé, aura pour sujet La relation au piano de Gabriel Pierné (1863-1937). Antoine Laporte se concentre sur l’œuvre pour piano et musique de chambre du compositeur, chef d’orchestre, pianiste et organiste français Gabriel Pierné (1863-1937).

Directeur artistique de la fameuse Association artistique des Concerts Colonne, Pierné fut un compositeur fécond et un ardent défenseur de la musique française contemporaine. Il a notamment été le créateur d’Ibéria de Debussy, de Tzigane et de la Deuxième suite de Daphnis et Chloé de Ravel et offert les premières auditions de l’Oiseau de feu de Stravinsky ou encore de la Symphonie classique de Prokofiev (création française).

Cependant, une maigre fortune critique lui a survécu et Antoine Laporte entend redonner de la visibilité à cette figure marquante du XXe siècle et à ce répertoire injustement oublié.

Pour ses recherches, Antoine Laporte s’appuie notamment sur les archives du Fonds Pierné, en mains privées et à la médiathèque de Metz, constituées des correspondances, agendas personnels et partitions autographes des œuvres du compositeur. A terme, l’entreprise de réédition de l’œuvre, avec commentaires sur les sources et sur l’interprétation, s’accompagnera d’une étude sur l’interprétation musicale elle-même. En effet, le travail d’analyse, de relecture et de correction des partitions permettra de nourrir le jeu instrumental des œuvres de Pierné, dont un large pan fera prochainement l’objet d’un double-album par Antoine Laporte.

Dans le but de partager ce répertoire auprès du plus grand nombre mais également en vue d’inciter les jeunes musiciens à intégrer les œuvres de Gabriel Pierné dans leur répertoire, Antoine Laporte programmera une tournée de concerts ainsi que des conférences sur l’approche pianistique de cette écriture.

Fondation Etrillard x Ecole du Louvre – Clara Lespessailles, lauréate de la bourse doctorale

Fondation Etrillard x Ecole du Louvre – Clara Lespessailes, lauréate de la bourse doctorale

Clara Lespessailles Portrait

Lieu : Ecole du Louvre
Date : 1er décembre 2021

La Fondation Étrillard s’associe au Fonds de dotation de l’École du Louvre et à l’École du Louvre pour créer la Bourse de recherche doctorale « Arts du passé/Arts du présent » (2021-2024), décernée cette année à Clara Lespessailles. Elève de troisième cycle de l’École du Louvre, sa thèse a été sélectionnée par un jury composé de personnalités scientifiques des institutions partenaires.

Suite à l’obtention du diplôme de premier cycle à l’École du Louvre en spécialité « Arts du XIXe – début du XXe siècle », Clara Lespessailles soutient un mémoire de recherche de 2e cycle sur « Le Centaure dans les arts (XIXe -XXe siècles) : permanence ou rupture ? ». Cette première recherche éveille chez elle un intérêt particulier pour la démarche diachronique dans les arts et pour le phénomène de réception esthétique au XIXe siècle.

Actuellement doctorante à l’École du Louvre et à l’École Pratique des Hautes Etudes sous la direction de François-René Martin et d’Isabelle Saint-Martin, sa thèse aura pour sujet : « Les primitivismes chez les élèves d’Ingres, entre 1830 et 1870 ». Elle explore les enjeux plus globaux de l’évolution du goût et des transferts culturels en Europe, et de manière plus précise, les questions de la réception et de l’appropriation esthétique de courants de peinture anciens par le groupe d’artistes choisis, dans un contexte politique, social et artistique où le retour au passé est érigé en véritable programme.

L’étude du corpus d’œuvres, compte tenu de leur quantité et de leur dissémination en Europe, nécessitera un nombre important de déplacements non seulement en France, au sein d’églises et d’institutions muséales comme à Montauban, à Besançon et à Nantes, mais aussi à l’étranger (Munich, Berne, Neuchâtel…) en raison de l’expansion européenne du phénomène primitiviste. L’étude des peintres nazaréens en Allemagne ou des puristes en Italie sera nécessaire à une meilleure re-contextualisation et compréhension du primitivisme.

En parallèle à cette thèse, Clara Lespessailles participe à un projet de constitution d’archives orales sur l’histoire des pratiques pédagogiques au sein de l’école des Beaux-Arts de Paris (de 1960 à nos jours).

Enfin, elle assure, depuis 2020 les cours de travaux pratiques de la spécialité « Arts du XIXe – début du XXe siècle » à l’École du Louvre.

La Fondation se réjouit de pouvoir accompagner Clara dans son parcours de recherche, célébré lors d’une belle cérémonie de remise de bourse à l’Ecole du Louvre.

Fondation Etrillard x Ecole du Louvre – Bourse de recherche doctorale « Arts du passé/Arts du Présent »

Bourse de recherche de l’Ecole du Louvre

Lieu : Ecole du Louvre
Date : 2021-2022

La Fondation Etrillard soutient l’Ecole du Louvre avec la création d’une Bourse de recherche doctorale consacrée aux liens entre l’art du passé et les arts du présent.

Cette perspective de recherche permet, depuis une cinquantaine d’années, d’explorer des questions essentielles et d’éclairer sous un jour nouveau la signification d’une multitude d’œuvres. Qu’il s’agisse des études de « réception », des travaux sur les « redécouvertes », dans le sillage des ouvrages de Francis Haskell, ou encore des interrogations plus récentes sur « l’appropriation », les relations entre l’art du passé et celui du présent, ou les études sur la manière dont le contemporain se saisit du passé, ont permis à la discipline de se renouveler. Ces perspectives sont indissociables du mouvement qui, dans les musées, associent des figures de l’art du XXe ou du XXIe siècle au passé.

L’objectif de la collaboration entre l’École du Louvre et la Fondation Etrillard est de favoriser une recherche avec pour objectif l’exploration d’une transversalité chronologique, voire géographique et thématique, selon le sujet et le doctorant sélectionnés, par :

-l’attribution d’une bourse financée grâce à au mécénat de la Fondation  via le Fonds de Dotation de l’École du Louvre ;

-la valorisation de cette recherche par l’École du Louvre : cours d’été (public cible : auditeurs libres) par le doctorant, intervention en séminaire auprès des étudiants (méthodologie de la recherche), article scientifique dans les Carnets de l’École du Louvre.

En 2021, la bourse a été décernée à Clara Lespassailles pour sa thèse sur « Les primitivismes chez les élèves d’Ingres, entre 1830 et 1870 », portant sur l’évolution du goût en Europe et les questions de la réception et de l’appropriation esthétique de courants de peinture anciens par les élèves d’Ingres.