loader image

Auteur/autrice : miguel.perez

Le Quotidien de l’art – Le palais Vendramin Grimani, nouveau hub culturel vénitien

LE QUOTIDIEN DE L’ART (20/07/2021)

Par Rafael Pic

« Le palais Vendramin Grimani, nouveau hub culturel vénitien »

Est-ce une fatalité que les palais du Grand Canal se transforment en hôtel de luxe ou en pied-à-terre de milliardaires ? Le palais Vendramin-Grimani tente de montrer une autre voie. Rare survivant des décors du XVIe siècle avec son portego – salon d’apparat traversant – il vient d’ouvrir au public après deux ans de restauration.

L’idée est de « s’y sentir comme dans une maison » mais aussi « d’y développer une activité de recherche et d’étude et des résidences d’artistes », explique
Béatrice de Reyniès, passée par Culturespaces et la Compagnie des Alpes, aujourd’hui directrice de la Fondazione dell’Albero d’Oro, qui gère le lieu. Le conseil d’administration, présidé par le inancier Gilles Etrillard (par ailleurs président de la Fondation Etrillard, dont l’Albero d’Oro est une « fondation ille »), comprend également Daniela Ferretti (architecte, ancienne directrice du
musée Fortuny), Jean-François Dubos (président de la MEP et secrétaire général du festival d’Aix-en-Provence) et Stéphane Bouvier (avocat). Ayant appartenu aux familles Grimani et Vendramin qui ont donné des doges à Venise, d’abord entrepôt, transformé en palais à partir de 1500, il a été pendant le dernier demi-siècle la propriété d’une famille de Brescia, les Sorlini, qui l’a très peu modiié, avant d’être acquis en 2018 par la société inancière LFPI de Gilles Etrillard. L’exposition inaugurale (jusqu’au 21 novembre) rend hommage aux collectionneurs vénitiens du passé (avec un superbe ensemble d’éventails et un choix de tableaux baroques ayant autrefois orné ses salles). Mais elle réunit aussi des créateurs contemporains : les photographes Patrick Tourneboeuf, qui a suivi le chantier et Ugo Carmeni, qui a porté son regard sur des détails de la façade, ainsi qu’Yvan Salomone, qui restitue depuis 30 ans, à l’aquarelle sur un format immuable (105 x 145 cm) des périphéries urbaines désertes. Le palais doit annoncer prochainement son programme culturel, associant colloques, conférences, concerts, expositions et bourses d’études.

RÊVES ET VISIONS, ENTRE MOYEN ÂGE ET EPOQUE CONTEMPORAINE

Rêves et visions, entre Moyen Âge et époque contemporaine

Prise entre la nécessité relevée par Proust et le vertige interprétatif souligné par Yourcenar, chaque époque souhaite apporter à l’énigme du rêve une solution qui ramène à l’unité la diversité de l’activité onirique. Avant-hier, le freudisme et la théorie analytique nous apprirent à rechercher dans nos songes la trace d’un vœu en quête de réalisation, les traumas refoulés de l’enfance, les troubles élans d’Éros et Thanatos.

Aujourd’hui, les neurosciences tentent d’analyser au moyen de l’IRM des schémas d’activité mentale susceptibles de révéler le fonctionnement du cerveau. Et demain sans doute une machine pourra, sans emprunter le détour faillible de la mémoire humaine, nous indiquer ce à quoi nous avons rêvé… Peut-être sera-t-il donc bientôt possible, à défaut d’être pleinement rassurant, d’abandonner nos rêves à ces haruspices du futur qui découvriront dans nos cerveaux palpitants de nouvelles clefs des songes, si nous ne sentions que ces diverses solutions, considérées séparément ou même combinées, ne sauraient apporter pleine satisfaction à notre désir d’interprétation.

Fondazione dell’Albero d’Oro

Lieu : Palazzo Vendramin Grimani ( Fondazione dell’Albero d’Oro)
Date : 2021-2022

Du 24 mai au 6 juin 2021, le public pourra découvrir le palazzo Vendramin Grimani, anciennement connu sous le nom de palazzo Grimani Marcello. Pour la première ouverture au public du palazzo qui a été récemment restauré, la nouvelle Fondazione dell’Albero d’Oro – fille de la Fondation Etrillard –  mettra à l’honneur l’esprit de collectionneur qui fut celui des grandes familles vénitiennes qui ont vécu dans cette splendide demeure du 16ème siècle, située sur le Grand Canal.

Les visiteurs découvriront l’histoire du palazzo et la vie de ses illustres habitants, à travers un parcours de visite présentant des oeuvres rares et emblématiques ayant appartenu aux familles propriétaires et un choix d’oeuvres d’art exceptionnelles jamais exposées au public, dont une partie venant de la collection de la Fondation Etrillard.

https://www.fondazionealberodoro.org/fr/

Articles en lien

Le Quotidien de l’art – Le palais Vendramin Grimani, nouveau hub culturel vénitien

Lire plus

RAI : Venezia, a Palazzo Vendramin Grimani un nuovo spazio di cultura e lavoro

Voir la vidéo

Venezia, palazzo Vendramin Grimani apre al pubblico ( Radio Svizzera Italiana)

Voir la vidéo

La Razon : Y después de cinco siglos, el palacio Vendramin Grimani de Venecia se abre al público

Voir la vidéo

France 2 -Tourisme : portrait d’un enquêteur pour un célèbre guide touristique

Voir la vidéo

Interview de Simon Baker – Gazette de Drouot

INTERVIEW DE SIMON BAKER, ( GAZETTE DE DROUOT, 26/10/2020)

« Le directeur de la Maison européenne de la photo Simon Baker veut enrichir sa collection »

Quarante-six tirages d’Irving Penn, trois mille ouvrages contemporains : à l’occasion de deux acquisitions majeures, l’ancien conservateur de la Tate Modern dévoile sa stratégie pour la collection de la MEP.

Crédits de l’image: Marguerite Bornhauser

Vous qui venez de la Tate Modern de Londres, où votre rôle dans l’élaboration du fonds photographique a été majeur, aimez dire que l’un des atouts de la MEP est sa collection. Quelles en sont les spécificités ?

L’une des raisons pour lesquelles j’y ai postulé en 2018 tient en effet à cette collection qui s’étend des années 1950 à nos jours. Elle inclut de grandes signatures qui vont de William Klein à Helmut Newton, en passant par Richard Avedon et Cindy Sherman. Concernant la majorité des auteurs, la MEP possède également non pas une ou deux pièces mais des ensembles conséquents voire des séries complètes, à l’image de «Sentimental Journey» de Nobuyoshi Araki et des «Américains» de Robert Frank. Cette idée d’acquérir des séries a été dès le début un parti pris fort de Jean-Luc Monterosso (cofondateur et directeur de la MEP jusqu’en 2018, ndlr). Cela reste aujourd’hui l’un de mes axes prioritaires de développement.

Pourquoi est-ce si important à vos yeux ?

Parce que la plupart des photographes conçoivent leur travail en série et sur le long terme. En faisant ce choix, je suis donc fidèle à cette spécificité du médium et à la démarche de ses acteurs. Et je m’inscris dans le prolongement de mon prédécesseur.

Est-ce dans cet esprit que la MEP accueille quarante-six tirages d’Irving Penn, alors qu’elle en avait déjà soixante-trois ? Quelle est la genèse de cette acquisition exceptionnelle, car tous les tirages ont été effectués par Penn lui-même ?

À la Tate, j’avais déjà été en rapport avec la Fondation Irving Penn, installée à New York : je savais donc qu’elle pouvait se montrer très généreuse. Quand j’ai contacté Tom, le fils d’Irving Penn, il a immédiatement été intéressé, m’expliquant que la MEP possédait la collection publique de référence en Europe concernant son père. Mais selon lui, il manquait des essentiels. Il nous a donc proposé de consulter l’intégralité de notre fonds Penn en vue de dresser une liste d’œuvres et de combler les lacunes.

Quelles ont été les conclusions ?

La Fondation a listé quatre vingts tirages, ce qui représente cinq millions de dollars, autant dire une somme impossible à réunir pour nous. Nous avons donc entamé des discussions et nous sommes mis d’accord sur quarante-six pièces d’une valeur de deux millions… Nous les avons obtenues à un prix bien inférieur. L’idée est d’élaborer une sorte de mini-rétrospective couvrant la période de 1939 à 2007. C’est un aperçu d’autant plus fidèle de son œuvre que toutes ses séries sont désormais représentées dans notre fonds.

Quels arguments ont joué en votre faveur pour obtenir un prix préférentiel ?

Tout d’abord, Tom souhaitait qu’un ensemble représentatif soit chez nous et pas ailleurs, car son père adorait la MEP. C’est une façon d’honorer sa mémoire. Ensuite, le fait que nous prêtions régulièrement à des musées a joué pour nous… Par exemple, nous sommes sans doute la seule institution à posséder les «Douze mains de Miles Davis et sa trompette» (1986), une série jugée impossible à reconstituer. Enfin, nous nous sommes engagés à faire une exposition itinérante de nos cent neuf Irving Penn dans différents pays : Japon, Brésil, Chine… Cette proposition a séduit Tom car cela contribuera à diffuser l’œuvre de son père dans le monde.

Comment fonctionne la MEP pour ses acquisitions ?

Les choix sont validés par notre comité d’acquisition, dont les membres sont renouvelés tous les trois ans. Pour l’aspect financier, nous n’avons pas de budget précis. La Mairie de Paris nous alloue une somme globale, et c’est après déduction de tous les frais et charges que le reste peut être consacré à la collection. Nos moyens sont donc limités. C’est la raison pour laquelle j’ai créé le Cercle des collectionneurs, comme je l’avais fait à la Tate. Les Irving Penn constituent la première acquisition du Cercle, qui a reçu un don exceptionnel de la Fondation Etrillard pour l’occasion.

Le développement du mécénat privé est-il devenu incontournable ?

Je le pense. Avant mon arrivée, la plupart des acquisitions étaient réalisées grâce à l’argent public et aux donations, rarement via des mécènes privés. Nous sommes en train d’inverser la tendance. Nos moyens sont supérieurs mais, évidemment, c’est aléatoire. Étant donnée la fragilité de la situation actuelle, il est difficile de se projeter. Ce qui est sûr, c’est que l’argent privé va constituer à l’avenir une part de plus en plus importante de ce budget.

Vos événements programmés sont-ils l’occasion de faire des acquisitions ?

J’ai un principe : l’argent dépensé pour la production des expositions doit nous revenir le plus possible. Je considère que c’est de l’argent public que nous avons l’obligation de bien utiliser. C’est donc inscrit dans notre contrat passé avec les artistes. Dans les faits, cela se discute au cas par cas pour déterminer le nombre d’œuvres. Cela dépend de la générosité des auteurs, de leurs possibilités, du prix de leurs œuvres, etc., mais aussi du montant que nous investissons pour produire de l’exposition.

Quelles sont les œuvres entrées dans la collection par ce biais ?

En 2019, nous avons acheté plus de soixante-dix tirages de deux séries d’Henry Wessel et avons reçu des dons : deux Marguerite Bornhauser, qui vient de recevoir le prix du photographe émergent de Photo London, dix Coco Capitán, quinze Hassan Hajjaj et onze Yingguang Guo. Cette année, nous avons eu trois propositions de dons émanant d’Ursula Schulz-Dornburg, d’Estelle Hanania et d’Erwin Wurm. Pour ce dernier, il s’annonce conséquent et devrait concerner aussi bien des tirages que des vidéos.

Outre quelque 23 000 tirages, la MEP conserve en effet des films d’artistes, des documentaires et plus de 33 000 ouvrages. Qu’est-ce qui vous a convaincu dans la collection Self-Publish, Be Happy, qui vient de rejoindre ce fonds ?

Le fait que ces trois mille livres soient représentatifs du dynamisme de la production éditoriale mondiale des dix dernières années. Cela inclut des ouvrages d’éditeurs et des maquettes originales ainsi que des autoéditions. Comme pour Irving Penn, c’était une opportunité, la production éditoriale étant de plus en plus riche et diverse, donc très difficile à suivre. Cet ensemble axé sur la période contemporaine nous a intéressés car il complète notre collection.

En quoi consiste le fonds de dotation ayant permis l’entrée de cet ensemble ?

C’est une initiative de Jean-François Dubos, le président de la MEP, qui souhaite financer certaines propositions se présentant mais pour lesquelles nous n’avons pas de budget. D’un commun accord, nous avons décidé d’inaugurer ce fonds de dotation avec Self-Publish, Be Happy. Bruno Ceschel, son fondateur, avait été sollicité par le musée d’Art moderne de San Francisco et la Tate : il a choisi la MEP, tenant compte à la fois de l’ampleur de notre collection et de notre position géographique. Paris est en effet un épicentre de l’édition photographique, comme le prouve la tenue des salons Polycopies et Offprint au moment de Paris Photo. Cette collection fera l’objet d’ateliers et de rencontres. Ma volonté est de faire de la MEP un lieu reconnu du livre photo, grâce à sa bibliothèque autant qu’à sa librairie, dont la surface a quadruplé depuis mon arrivée.

Votre ambition est aussi d’accorder une plus grande place à la collection dans votre programmation. Après « Fil noir » en 2019, quand sera-t-elle remise à l’honneur ?

C’est prévu pour l’été prochain avec une exposition qui réunira des artistes ayant photographié leur propre intimité ou leur cercle proche : Nobuyoshi Araki, Nan Goldin, Larry Clark, Hervé Guibert, Alix Cléo Roubaud… Notre collection en sera le point de départ, avec des emprunts pour la partie contemporaine.

Quel bilan dressez-vous de l’année 2020 ?

Du côté des acquisitions, il est très positif car en «valeur marché», il dépasse les trois millions d’euros, alors que la somme que nous avons dépensée est assez modeste. Restons optimistes pour la suite, même si les incertitudes sont nombreuses…