loader image

Auteur/autrice : Sixtine de Gournay

Prix Mélodie – Concours piano-chant Nadia et Lili Boulanger

Prix Mélodie du Concours du Centre Nadia et Lili Boulanger

Lieu : Centre Nadia et Lili Boulanger
Date : 2021

Créé en 2001, le concours international Nadia et Lili Boulanger révèle les nouveaux talents

Le concours se tient à Paris tous les deux ans. Les candidats s’y présentent en duo constitué, et doivent être âgé de moins de 32 ans. Ils présentent un programme de lieder et de mélodies, comprenant au moins une partition de Nadia ou Lili Boulanger. Une oeuvre contemporaine est également commandée spécialement pour chaque édition du concours. En 2021, commande est passée à la compositrice Isabelle Aboulker.

Par une aide à des programmes de recherche, de formation et de création, la Fondation souhaite contribuer à la découverte des talents et au rayonnement
d’écritures musicales originales du Moyen Age à nos jours. C’est ainsi que la Fondation a tout naturellement décidé de soutenir le Prix Mélodie du Concours International Nadia et Lili Boulanger voué à faire émerger les musiciens les plus talentueux de demain.

Depuis sa création, le concours a révélé de nombreux talents : le baryton Christian Immler (2001), le ténor Cyrille Dubois (2009), la pianiste Sanja Bizjak, les sopranos Marie Perbost et Marie-Laure Garnier, la mezzo-soprano Adèle Charvet (2015), etc. On les entend aujourd’hui sur les scènes internationales, et plusieurs des lauréats ont remporté une Victoire de la musique après s’être illustrés au concours.

En 2021, ce sont Flore Van Meerssche (Soprano) et Gyeongtaek Lee (Pianiste) qui ont remporté le Prix Mélodie.

Compositeurs bretons : une plateforme numérique dédiée

Kanadenn : Plateforme numérique dédiée aux compositeurs bretons

Lieu : Plateforme Digitale
Date : A partir de 2021
Répertoire : Compositrices et compositeurs bretons

La musique bretonne ne se limite pas aux cornemuses ! De nombreux musiciens sont nés dans cette province, mais leurs oeuvres sont aujourd’hui tombées dans l’oubli. Le ténor Kaëlig Boché et l’Académie vocale de Bretagne ont voulu les remettre à l’honneur, en créant une plateforme numérique dédiée aux compositrices et compositeurs bretons : Kannaden. Le répertoire vocal y est particulièrement à l’honneur, avec des mélodies de Rita Strohl, Guy Ropartz, Louis Aubert, etc.

Mise en ligne fin 2021, cette nouvelle plateforme est vouée à s’enrichir de nouveaux contenus au fil du temps.

Sonate de Rita Strohl – Hermine Horiot, violoncelle

Vidéo d'Hermine Horiot autour de la Sonate «Titus et Bérénice» pour violoncelle et piano de Rita Strohl (1865-1941). En compagnie de la pianiste Hélène Fouquart,…

Centre Nadia et Lili Boulanger

Suite au décès prématuré de sa soeur Lili, Nadia Boulanger crée une structure musicale en sa mémoire, d'abord aux Etats-Unis puis en France. Après le…

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…

CNSMDP : bourse doctorale « Recherche et Pratique »

Doctorat Musique – Recherche et Pratique (CNSMDP)

Lieu : Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris
Date : À partir de 2021
Soutien apporté : Bourse doctorale annuelle

Le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) propose un doctorat de musique « Recherche et Pratique », en partenariat avec l’Université Paris Sorbonne-Paris IV.

Ce  doctorat s’adresse à des musiciens voulant explorer un sujet de recherche musicologique directement lié à leur pratique instrumentale ou vocale. Le cursus dure 3 ans, après admission sur concours. Le doctorant bénéficie de l’encadrement d’un professeur du CNSMDP et d’un directeur de recherche de La Sorbonne. Pour prétendre au diplôme de doctorat, il doit rédiger et soutenir une thèse, et donner une prestation artistique en lien avec le sujet traité.

La Fondation Etrillard a souhaité soutenir les doctorants par l’attribution d’une bourse annuelle.

 

En 2021, la bourse a été décernée à Antoine Laporte pour sa thèse sur « La relation au piano de Gabriel Pierné (1863-1937) » portant sur l’œuvre pour piano et musique de chambre du compositeur, dans la volonté de redonner de la visibilité à cette figure marquante du XXe siècle et à ce répertoire injustement oublié.

Royaumont

Le programme « Chanter l’Ars Nova » vise à redonner un nouveau rayonnement aux musiques médiévales, à travers la coopération de plusieurs partenaires européens.

Musique médiévale à Royaumont : Le Roman de Fauvel

Musique médiévale à Royaumont : le roman de Fauvel

La Fondation Royaumont propose régulièrement des formations à destinations des chanteurs. Le répertoire médiéval est au coeur de cette transmission, en étroite collaboration avec les recherches musicologiques les plus récentes. En mai 2021, Benjamin Bagby a animé à l'abbaye de Royaumont un atelier sur le Roman de Fauvel, un trésor médiéval de plus de 700 ans.

Après la formation prodiguée par David Chapuis sur les motets de Philippe de Vitry en 2020, la Fondation Royaumont a lancé en mai 2021 une nouvelle session de travail sur le répertoire médiéval. Au coeur de cette démarche sur l’interprétation, le Roman de Fauvel.

Cette oeuvre poétique du XIVe siècle relate l’histoire de l’âne Fauvel, et prétend éclairer par l’allégorie les principaux vices qui guettent les dirigeants, aussi bien dans l’entourage du roi que dans l’Eglise : flatterie, avarice, vilenie, inconstance, envie et lâcheté. Ce manuscrit est une mine d’or pour les musicologues médiévistes. Non seulement il contient un grand nombre d’extraits musicaux (169 morceaux), mais il illustre en outre une grande variété de genres chantés au Moyen-Âge : motets polyphoniques, rondeaux, lais, virelais, ballades, chants liturgiques. Il apporte ainsi de précieux renseignements sur la poésie et la musique de l’Ars Nova. Plusieurs auteurs sont à l’origine de ce manuscrit, notamment le clerc Gervais du Bus. Une partie de la musique est l’oeuvre de Philippe de Vitry.

Grâce à l’initiative de la Fondation Royaumont, 6 chanteurs, 1 vielliste et 1 harpiste ont pu bénéficier d’une formation sur ce manuscrit vieux de 700 ans.

Le chanteur et harpiste Benjamin Bagby a partagé son expérience sur le répertoire médiéval.

 

Depuis 30 ans, Benjamin Bagby s’est imposé comme une figure essentielle de l’interprétation médiévale. A la fois chanteur et harpiste, il a fondé en 1977 l’ensemble Sequentia, dont il est toujours le directeur musical. La recherche demeure au coeur de son activité, notamment sur l’ancienne poésie orale anglo-saxonne et germanique. Son interprétation du poème épique anglo-saxon Beowulf a fait le tour du monde.

Pendant une semaine, il a encadré à Royaumont cette nouvelle session de formation à la musique médiévale. Une chance pour ces jeunes musiciens, puisque Benjamin Bagby connaît bien le Roman de Fauvel, sur lequel il travaille depuis des années.

Projet en lien

Royaumont

Le programme « Chanter l’Ars Nova » vise à redonner un nouveau rayonnement aux musiques médiévales, à travers la coopération de plusieurs partenaires européens.

Concert Martha Argerich au Festival des Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Martha Argerich a fêté ses 80 ans au festival des Ecoles d'Art Américaines de Fontainebleau. Un concert très festif, puisqu'il célébrait par la même occasion un double centenaire : celui des Ecoles et celui de Piazzolla.

Martha Argerich s’était entourée sur scène de sa famille et ses amis

Le 21 juillet 2021 a été particulièrement festif au château de Fontainebleau. Les Ecoles d’Art Américaines accueillaient en effet Martha Argerich, pour un concert évènement à l’occasion de ses 80 ans. Outre ses amis le pianiste Eduardo Hubert et le bandonéoniste Marcelo Nisniman, sa fille Lydia était aussi sur scène, au violon. Et on a même pu admirer le talent de son petit-fils David Chen, 12 ans, qui s’est mis au clavier le temps d’un duo avec sa grand-mère. Une magnifique réunion de famille, offerte avec générosité au public venu nombreux dans la Cour Ovale du château.

Consacré à Piazzolla, le programme du concert incluait d’autres artistes argentins

2021 marquait un double centenaire. Celui de la création des Ecoles d’art américaines de Fontainebleau, et celui de la naissance de Piazzolla. C’est donc tout naturellement à son compatriote que la pianiste argentine a consacré le concert. Mais aux côtés du Libertango et d’Oblivion, figurait aussi la première Pampeana d’Alberto Ginastera. L’occasion d’applaudir le violoniste belge Noé Inui. Rappelons que Ginastera a été le professeur de composition de Piazzolla avant que celui-ci ne vienne à Fontainebleau en 1954, pour travailler avec Nadia Boulanger. Le concert était décidément placé sous le signe de la filiation, puisque le bandéoniste Marcelo Nisinman, qui a connu Piazzolla, a aussi interprété une de ses propres pièces. Enfin, le programme s’achevait sur Tres minutos con la realidad, auquel participait les élèves des Ecoles d’art américaines.

Les artistes se sont ensuite tous retrouvés chez la présidente des Ecoles d’art, pour un joyeux dîner où Martha Argerich a soufflé ses bougies. Voilà une soirée que les jeunes musiciens de Fontainebleau ne sont pas prêts d’oublier !

Projet en lien

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…

Sonate de Rita Strohl – Hermine Horiot, violoncelle

Vidéo autour de la Sonate pour violoncelle et piano de Rita Strohl (1898)

Artistes : Hermine Horiot (violoncelle) et Hélène Fouquart (piano)
Date : 2021

La violoncelliste Hermine Horiot aime explorer les répertoires méconnus. En 2015, elle enregistre Romance oubliée »aux côtés du pianiste Ferenc Vizi, disque mêlant grands classiques du répertoire (Sonate de Chopin) à des transcriptions, et des oeuvres plus confidentielles (Sonatine de Dvorak, Romances de Schumann, Liszt..)

En 2018, paraît Boréales, album solo dédié aux compositeurs scandinaves et baltes tels que Sibelius, Lidholm, Vasks, Pärt…

Suite à sa rencontre avec la pianiste Hélène Fouquart, elle s’est ensuite plongée dans la Grande Sonate dramatique « Titus et Bérénice », oeuvre monumentale de la compositrice bretonne Rita Strohl (1865-1941).

Une captation est née de cette rencontre artistique et amicale : sous les micros de l’ingénieur du son Cécile Lenoir, les deux musiciennes explorent les quatre mouvements de cette Sonate et l’associent à Solitude de la même Rita Strohl, brève mélodie pour violoncelle et piano et véritable joyau méconnu.

 

Quelques mots d’Hermine Horiot & Hélène Fouquart à l’issue de ce projet : 

« Cette captation des oeuvres de Rita Strohl restera pour nous une grande aventure musicale mais aussi humaine. Enregistrer cette musique aussi puissante qu’injustement méconnue, qui fût à l’origine de notre amitié, restera parmi nos plus beaux moments  vécus grâce à la Musique. Cet instant suspendu, hors du temps et de la férocité du monde, n’aurait pas existé sans le soutien de la Fondation Etrillard. 

Nous sommes pleinement conscientes et reconnaissantes de la chance qui nous a été offerte de mener à bien cette envie, née lors du premier confinement, en découvrant l’appel à projets de la Fondation, et réalisée après tant de mois d’incertitudes. 

C’est ce projet qui nous a permis, tout au long de ces longs mois, de ne pas céder au marasme et de nous retrouver en Juillet 2021 prêtes à vivre pleinement ce moment. 

Nous avons aussi découvert le travail d »un autre lauréat de la Fondation, Kaëlig Boché, et sa superbe plateforme Kanadenn.com dédiée aux musiques bretonnes. Nous sommes ravies et honorées de pouvoir associer notre travail au sien! »

Hélène Fouquart & Hermine Horiot

Centre Nadia et Lili Boulanger

Suite au décès prématuré de sa soeur Lili, Nadia Boulanger crée une structure musicale en sa mémoire, d'abord aux Etats-Unis puis en France. Après le…

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…

Festival des Ecoles d’art américaines de Fontainebleau – 4 au 31 juillet 2021

Le château de Fontainebleau accueille le festival des Ecoles d'art américaines du 4 au 31 juillet. Martha Argerich, Ophélie Gaillard, ou encore l'Orchestre National d'Ile de France sont les invités de cette édition 2021, qui marque le centenaire de l'institution. Comme chaque année, des concerts rassemblant étudiants et professeurs seront aussi offerts au public.

Le festival fête cette année le centenaire des Ecoles d’art américaines.

Le coup d’envoi du festival sera donné le 4 juillet, avec un concert du Quintette Pentagone mais surtout avec l’apposition d’une plaque au château de Fontainebleau, rappelant l’inauguration des Ecoles d’art américaines il y a 100 ans. En 1921, Francis Casadesus et Charles-Marie Widor prenaient en effet la direction de cette nouvelle institution musicale, née de l’amitié franco-américaine au lendemain de la première guerre mondiale.

 

Le programme affiche des concerts avec l’Orchestre National d’Ile de France, Martha Argerich, Philippe Bianconi, mais aussi les étudiants de la promotion 2021.

Des concerts gratuits, donnés en plein air dans le Jardin Anglais du château de Fontainebleau, sont proposés au public pendant un mois. Les étudiants s’y produisent sur scène en compagnie de leurs professeurs, dans l’esprit de transmission chère aux Ecoles d’art américaines depuis leur création.

Mais le festival invite aussi des personnalités musicales. Martha Argerich donnera le 21 juillet dans la Cour Ovale un concert consacré à Astor Piazzolla, dont on fête également le centenaire et qui fut l’un des nombreux élèves de Nadia Boulanger à Fontainebleau. Ravel, autre figure tutélaire des Ecoles d’art américaines, sera également à l’honneur avec son Concerto en sol. Philippe Bianconi, ancien directeur de l’institution, l’interprètera le 9 juillet avec l’Orchestre National de France dirigé par son chef Case Scaglione.

Programmation détaillée et renseignements : https://www.musiqueauchateau.com

Projet en lien

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…

Web-série Ecoles d’art américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'art américaines de Fontainebleau ont leur web-série ! Tournée dans le château de Fontainebleau, elle revient sur l'histoire de ce monument culturel par le prisme de la musique. Elle montre aussi les lieux emblématiques où se réunissent les musiciens chaque été, et auxquels n'a pas toujours accès le public. L'occasion de découvrir les EAAF côté coulisse !

Episode n°1 : « Une chasse en fanfare »

 

Episode 2 : « Noces musicales »

 

Episode 3 : « Un pont sur l’Atlantique »

 

Episode 4 : « A la française »

 

Episode 5 : « Les Petits concerts de la Reine »

 

Et pour en savoir plus sur les Ecoles d’art américaines de Fontainebleau :

https://www.musiqueauchateau.com/le-conservatoire-americain

Projet en lien

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…

Centre Nadia et Lili Boulanger

Centre Nadia et Lili Boulanger

Concours de chant-piano Nadia et Lili Boulanger

Lieu : Conservatoire national supérieur d’Art dramatique (Paris)
Date : 2021
Répertoire : Mélodies et lieder XIXe et XXe siècles

Suite au décès prématuré de sa soeur Lili, Nadia Boulanger crée une structure musicale en sa mémoire, d’abord aux Etats-Unis puis en France. Après le décès de « Mademoiselle » en 1979, la fondation associe également le nom de Nadia et se donne pour mission de valoriser le patrimoine musical laissé par les deux soeurs.

Toutes les deux ayant assisté à l’essor du genre de la mélodie, dans lequel s’illustre notamment Lili, il était logique de créer un concours de duo chant-piano. C’est chose faite en 2001. Le concours a désormais lieu tous les deux ans, et constitue un événement important de l’art lyrique international.

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…

Concert au CNSMDP des Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'art américaines de Fontainebleau ont 100 ans en 2021. Pour célébrer cet anniversaire, un concert a eu lieu le 9 avril au Conservatoire National de Musique de Paris, diffusé en vidéo.

Le concert du centenaire a rassemblé des élèves du Conservatoire de Paris et des Ecoles d’art américaines

Les Ecoles d’art américaines de Fontainebleau (EAAF) ont vu le jour en 1921. Pour fêter l’événement, la directrice artistique Diana Ligeti a imaginé un orchestre éphémère mêlant les étudiants de l’école à ceux du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Le compositeur Bruno Mantovani a tenu la baguette pour ce concert exceptionnel. Le lieu choisi à l’origine était le Théâtre des Champs-Elysées à Paris. Mais, face à la pandémie et la fermeture des lieux culturels au public, le CNSMDP a généreusement ouvert ses portes et mis à disposition une équipe de captation vidéo.

La vidéo du concert est à revoir ici, avec les interviews de Diana Ligeti, Betsy Jolas et Bruno Mantovani.

 

Maurice Ravel et Betsy Jolas mis à l’honneur pour le concert du centenaire

Deux œuvres ont été interprétées lors de ce concert exceptionnel : Ma Mère l’Oye de Ravel, et Jour B de Betsy Jolas. La compositrice américaine entretient des liens privilégiées avec les Ecoles d’art américaines. En 1941, elle rencontre Nadia Boulanger, professeure de composition à Fontainebleau. Betsy Jolas n’a alors que 15 ans. Cinquante ans plus tard, elle reçoit en 1992 le Prix Maurice Ravel, que la fondation au nom du compositeur décerne en partenariat avec les Ecoles d’art américaines. Ses œuvres sont bien-sûr régulièrement jouées par les étudiants des EAAF. Jour B, construit autour de la mélodie du célèbre « happy birthday », s’imposait donc pour célébrer le centenaire. Quant à Maurice Ravel, il fait partie du comité d’honneur des EAAF dès leur création en 1921. Il est souvent venu enseigner à Fontainebleau et a marqué durablement l’institution.

Projet en lien

Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau

Les Ecoles d'Art américaines de Fontainebleau fêtent leur centenaire en 2021. Un concert anniversaire au CNSM de Paris, un festival au château de Fontainebleau, un…