loader image

Musique médiévale à Royaumont : Le Roman de Fauvel

Musique médiévale à Royaumont : le roman de Fauvel

La Fondation Royaumont propose régulièrement des formations à destinations des chanteurs. Le répertoire médiéval est au coeur de cette transmission, en étroite collaboration avec les recherches musicologiques les plus récentes. En mai 2021, Benjamin Bagby a animé à l'abbaye de Royaumont un atelier sur le Roman de Fauvel, un trésor médiéval de plus de 700 ans.

Après la formation prodiguée par David Chapuis sur les motets de Philippe de Vitry en 2020, la Fondation Royaumont a lancé en mai 2021 une nouvelle session de travail sur le répertoire médiéval. Au coeur de cette démarche sur l’interprétation, le Roman de Fauvel.

Cette oeuvre poétique du XIVe siècle relate l’histoire de l’âne Fauvel, et prétend éclairer par l’allégorie les principaux vices qui guettent les dirigeants, aussi bien dans l’entourage du roi que dans l’Eglise : flatterie, avarice, vilenie, inconstance, envie et lâcheté. Ce manuscrit est une mine d’or pour les musicologues médiévistes. Non seulement il contient un grand nombre d’extraits musicaux (169 morceaux), mais il illustre en outre une grande variété de genres chantés au Moyen-Âge : motets polyphoniques, rondeaux, lais, virelais, ballades, chants liturgiques. Il apporte ainsi de précieux renseignements sur la poésie et la musique de l’Ars Nova. Plusieurs auteurs sont à l’origine de ce manuscrit, notamment le clerc Gervais du Bus. Une partie de la musique est l’oeuvre de Philippe de Vitry.

Grâce à l’initiative de la Fondation Royaumont, 6 chanteurs, 1 vielliste et 1 harpiste ont pu bénéficier d’une formation sur ce manuscrit vieux de 700 ans.

Le chanteur et harpiste Benjamin Bagby a partagé son expérience sur le répertoire médiéval.

 

Depuis 30 ans, Benjamin Bagby s’est imposé comme une figure essentielle de l’interprétation médiévale. A la fois chanteur et harpiste, il a fondé en 1977 l’ensemble Sequentia, dont il est toujours le directeur musical. La recherche demeure au coeur de son activité, notamment sur l’ancienne poésie orale anglo-saxonne et germanique. Son interprétation du poème épique anglo-saxon Beowulf a fait le tour du monde.

Pendant une semaine, il a encadré à Royaumont cette nouvelle session de formation à la musique médiévale. Une chance pour ces jeunes musiciens, puisque Benjamin Bagby connaît bien le Roman de Fauvel, sur lequel il travaille depuis des années.

Projet en lien

Royaumont

Le programme « Chanter l’Ars Nova » vise à redonner un nouveau rayonnement aux musiques médiévales, à travers la coopération de plusieurs partenaires européens.